Processus de sécurité informatique pour
gérer le départ d’un employé

Dernière mise à jour : Janvier 2016
  1. Désactiver temporairement (de deux à quatre semaines) le compte utilisateur de l’ex-employé qui a quitté le cabinet, puis le supprimer définitivement.
  2. Désactiver le compte de téléphonie cellulaire, la boîte vocale et le poste téléphonique de l’ex-employé.
  3. Désactiver les accès au réseau privé virtuel (RVP ou Virtual Private Network, VPN en anglais).
  4. Remplacer tous les mots de passe des comptes que l’ex-employé aurait pu utiliser : site Web, transaction bancaire (PayPal), système téléphonique, code du système d’alarme, etc.
  5. Archiver les documents, courriels, contacts, tâches et calendrier de l’ex-employé.
  6. Rediriger temporairement l’adresse courriel de l’ex-employé vers la boîte de courriel du superviseur afin de récolter la correspondance et aviser les correspondants du départ de l’employé.
  7. Récupérer tout matériel informatique ordinateur, portable, tablette appartenant au cabinet.
  8. Retirer toute page ou tout profil de l’ex-employé sur le site Web du cabinet.
  9. Le cas échéant, retirer tout droit que l’ex-employé pourrait avoir comme administrateur du site Web du cabinet ou de sa page corporative sur les réseaux sociaux.
  10. Le cas échéant, retirer tout droit de gestion que l’ex-employé pourrait détenir sur le (ou les) nom(s) de domaine(s) du cabinet.

Lors d’un congédiement, les accès de l’employé devraient être coupés immédiatement, à moins que l’employé continue de travailler pendant la période du délai de congé que la loi vous oblige à lui donner. Si tel est le cas, il est prudent de limiter l’accès en écriture de l’employé dans les semaines précédant son départ.